La difficile équation entre innovation et modernité – L’innovation dans la haute horlogerie – Deuxième partie

Olivier MullerFrenchLeave a Comment

Montblanc Exo Tourbillon

Pour Montblanc, l’émergence passe par l’association de compétences. L’idée ? La création d’un centre d’innovation. En 2006, le groupe Richemont (dont fait partie Montblanc) rachète la manufacture horlogère Minerva, dont elle crée l’Institut Minerva de Recherche en Haute Horlogerie, entièrement dédié à Montblanc pour la production de calibres originaux.

Montblanc opte pour la création d’un centre d’innovation
En acquérant cette société, Montblanc résout l’équation de l’alliance entre tradition et modernité : l’Institut Minerva, d’une part, permet à ses jeunes talents d’enrichir l’art horloger avec leur esprit d’innovation et de dynamisme ; la manufacture de Villeret, d’autre part,  permet à Montblanc d’enrichir sa gamme de la collection Villeret 1858 et de sa manufacture associée, l’une des plus prestigieuses qui soit.

«Nous avions dès le départ ces deux objectifs distincts », souligne Alexander Schmiedt, Directeur Commercial Villeret 1858. « D’une part, la sauvegarde de ce véritable héritage vivant qu’est la manufacture de Villeret, l’une des plus vieilles au monde n’ayant jamais connu d’interruption d’activité ; d’autre part, le développement d’innovations majeures et de mouvements originaux, via notre Institut ».

Et à ce dernier chapitre, il faut reconnaître que Montblanc et son Institut ont placé la barre très haut. En moins de deux ans, les premiers résultats sont là : la Montblanc Metamorphosis. Véritable tour de force horloger, la Metamorphosis allie alternativement garde-temps et chronographe par un jeu de déplacement d’éléments stupéfiant. Nos confrères de Perpétuelle en présentent ici une rapide vidéo. Pas moins de 50 pièces entrent en mouvement durant la transformation, sur un total de 650 pièces que comporte la montre, pour lesquelles de nombreux brevets ont été requis.

Montblanc Metemorphis

Au-delà des limites
Fait intéressant : si la Metamorphosis est bel et bien un produit Montblanc, ses brevets constitutifs ont délibérément été laissés en propre à leurs inventeurs, ils n’appartiennent pas à la marque. Bel encouragement à l’innovation.

Il y a trois moins, Montblanc a réitèré avec l’Exo Tourbillon, doté d’un tourbillon totalement inédit sur le marché : son balancier est plus grand que la cage et il est situé hors de celle-ci.

En parallèle, Montblanc se lance dans le travail des matériaux, avec sa Time Walker Dual Carbon qui fait un état très avancé de R&D sur le composant DLC, « Diamond Like Carbon ». Par un traitement thermique et atomique, Montblanc a réussi à rendre ce revêtement 17 fois plus résistants que l’acier !

En conclusion
En alliant savoir-faire séculaire et innovation, Montblanc, en moins de deux ans, a clairement émergé comme un des acteurs de poids de l’industrie. Sa visibilité reste à affirmer, mais la légitimité est là.

Olivier MullerLa difficile équation entre innovation et modernité – L’innovation dans la haute horlogerie – Deuxième partie

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *